Dessin intuitif: un oeil magique

«Vaisseau de cire»  (Crédit photo: Roxane Labonté)

Je n’avais aucune idée que je «savais» dessiner jusqu’à ce que je le fasse. 😮 Je n’étais pas très bonne dans les cours d’arts plastiques, et pourtant, là, je peux dessiner facilement. D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours essayé de dessiner selon les «règles». Je me forçais à créer des personnages et des choses réalistes, mais tout ça ne marchait pas… J’ai mis ça de côté pendant des années, croyant que je n’avais pas de talent. Une certaine journée, j’ai pris un crayon, et j’ai décidé de laisser tomber ces soi-disant règles. Ma vraie nature a alors surgi.

Un oeil magique au coeur de la tempête

Je ne comprends pas trop comment je fais ça, ni d’où ça vient, mais le processus est merveilleux et troublant. Tout ce que je sais, c’est qu’à un moment donné, j’ai dessiné un oeil, et ensuite quelque chose m’a dit de continuer. Avant que je le sache, j’ai rempli la feuille au complet… Est-ce que je canalise mon côté obsessif là-dedans? Quoi qu’il en soit, c’est un processus très méditatif et intuitif! Un peu comme si une petite fée invisible avait une baguette magique, et me disait de tracer une ligne d’une telle façon, une autre comme ça, et… ça fonctionne, apparemment! 😮 J’ai été la première à être surprise de ça, moi qui croyais devoir me résoudre à ne dessiner que des «bonshommes allumettes» pour le restant de ma vie (haha). Le problème était que j’allais à contre-courant. Je me disais «je DOIS faire ça comme ça», alors ça me limitait vraiment. J’ai alors remplacé le mot «devoir» par le mot «essayer».

«L’oeil de la tempête»  (Crédit photo: Roxane Labonté)

Système D et plan Z

Dessiner n’était pas du tout dans mes priorités, avant. Je pourrais même dire que c’était mon «plan Z». 😂 Maintenant, j’ai des priorités différentes… Mais j’ai surtout pris davantage confiance en moi, et c’est ça qui change tout. Je me suis donnée le droit d’essayer. À travers tout ça, je découvre que je suis une artiste multidisciplinaire.

Côté «technique», pour dessiner, j’utilise ce qu’il y a de plus simple, soit un stylo pointe fine et des feuilles blanches ou du papier à dessin. Je me suis débrouillée avec ce que j’avais; je voulais juste voir ce que ça donnerait! Et maintenant, de fil en aiguille, de ligne en ligne (de dessin là!), je constate que je peux également peindre. Vu que j’avais déjà un peu appris à me peinturer dans la face (haha) avec Smirking Revenge, ça semblait dans mes cordes. Mais je n’avais jamais fait le «grand geste» de m’acheter des toiles et de la peinture… Je trouvais ça tellement intimidant! J’étais impressionnée pour peu. 😊

Plusieurs dessins en progrès… Est-ce que les «aliens» me parlent à travers ça? 😮👽  (Crédit photo: Roxane Labonté)

J’ai appelé le dessin ci-dessous «La fleuriste numérique», car j’ai vu apparaître peu à peu une sorte de rose, dans le haut de la page. Il y a aussi une sorte de serpent sans queue ni tête (haha). C’est tellement sujet à interprétation, et c’est ça qui est le fun. J’adore quand les gens me disent qu’ils ont aperçu telle ou telle forme, ou vu un personnage auquel je n’aurais jamais pensé. Ça change la perspective, et chaque fois que je le regarde à nouveau, je ne peux m’empêcher de voir ces choses. 😀

Une offrande inopinée…  (Crédit photo: Roxane Labonté)

Dessiner les contours abstraits de Fragments Épars

J’ai eu l’idée d’inclure ce type d’illustrations dans mon livre Fragments Épars, après en avoir fait une dizaine. On dirait qu’elles peuvent s’associer à des chapitres, à un niveau subconscient… D’ailleurs, j’ai divisé le dit recueil en thèmes. Ils sont tous plus joyeux les uns que les autres: aliénation, haine, excès, hiver, nuit, solitude et moule de la société… Mais je parle aussi de choses un peu plus lumineuses, parfois: romantisme, astral, voyage, futur et technologies. 😊 Ce sera un recueil enveloppé d’un linceul foncé, empreint de noires et rouges… Une contemplation recouverte d’un voile mélancolique. À date, j’ai retenu environ 70 textes de mes archives, mais je pense séparer ça en deux volumes. À suivre!

Mon terrain de jeu  (Crédit photo: Roxane Labonté)
Partagez cet article!

Leave a Reply