Smirking Revenge: changement de «line-up»!

Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme… Cette citation de Lavoisier, philosophe français, est presque tangible, en ce moment de ma vie. Après la perte de mon emploi en avril, ma ré-orientation de carrière, un voyage pas reposant et un déménagement un peu crevant… Voici maintenant que Smirking Revenge est entré dans une nouvelle ère, avec le fait de devoir dire au revoir à notre chanteuse Marie-Claude… Comme quoi il ne faut jamais rien prendre pour acquis, et chérir ce qu’on a.

Un groupe, c’est un peu comme un couple

Des différences de perception et de priorités devenaient de plus en plus flagrantes avec notre ex-chanteuse Marie-Claude (ouch, ça fait réellement étrange d’écrire ça…) et causaient quelques désagréments internes. C’est un moment difficile, évidemment, car un groupe, c’est un peu comme un couple : première flamme, enthousiasme initial, passion, moments extraordinaires. Mais ensuite, apparition d’une routine, compromis, nostalgie, déni… C’est un deuil à vivre ; la mort d’une union, auparavant si forte. Mais Smirking Revenge se relève droitement de cette épreuve – nous devons regarder vers l’avenir… « Le vent se lève!… il faut tenter de vivre! / L’air immense ouvre et referme mon livre, la vague en poudre ose jaillir des rocs! »

Après discussion avec Joannie et Gabrielle, nous avons pensé faire un essai pour le moins saugrenu : se partager les «vocals» à nous trois! Notre défi est d’être prêtes pour le Gothfest, qui se tiendra du 28 au 30 septembre à Montréal (nous y jouerons samedi le 30). Ouf! Quel renversement de situation inattendu.

Nous sommes un torrent impétueux! 
Nous sommes un torrent impétueux!

Personnellement, c’est tout un ultimatum – chanter et jouer de la guitare en même temps demande beaucoup de coordination. J’ai toujours admiré ceux qui peuvent le faire fluidement, me demandant quel était le secret. Mais après seulement quelques minutes de pratique, je me suis aperçue que ce qui me limitait le plus étaient mes propres barrières…  Ma confiance en moi est constamment mise à l’épreuve – je pourrais choisir de ne pas avoir de groupe et de ne rien vivre du tout… Ça serait tellement plus facile?! Mais je choisis la voie de l’apprentissage et de me «foutre» hors de ma zone de confort…

Premier essai ce soir!

Donc, il n’y a pas de recette magique évidemment, je crois qu’il suffit de vraiment bien connaître ses partitions à la guitare et d’ensuite simplement y superposer les paroles. Ça m’est venu presque intuitivement, étrangement! Et ensuite, il faut pratiquer, pratiquer, pratiquer… Nous ferons un premier essai ce soir, vendredi, à notre local (au Marsonic)!

Nous vous tiendrons au courant des prochains développements concernant cette expérimentation musicale inopinée. D’ailleurs, l’organisation au sein du groupe change également – des nouvelles responsabilités apparaissent, et une nouvelle dynamique s’installe, dans ce trio impromptu (pas de blagues concernant les multinationales qui rendent les gens obèses, s’il vous plaît!).

hallo
Petite mélancolie… Notre premier show ensemble.

Vraiment, la première moitié de 2017 est une année-caméléon, où je ne cesse d’emprunter diverses peaux. Comme si j’essayais différentes tenues vraiment extravagantes que je n’aurais pas osé porter auparavant. Ça me donne parfois l’impression de me déguiser. Je me questionne (bien trop) souvent… Est-ce que cet accoutrement est bien ajusté? Convient-il à ma taille? Voit-on les coutures, les imperfections, au-delà de la devanture? Est-ce que cette enveloppe met mes atouts en valeur, ou est-ce que cet attifement est trop frivole? Tant de questions, tant de doutes… Mais je fonce, enveloppée de la certitude que « Quand sur l’abîme un soleil se repose / ouvrages purs d’une éternelle cause / le temps scintille et le songe est savoir »…

(Extraits de poésie : Le cimetière – Paul Valéry)

Partagez cet article!

Leave a Reply