Vegan Tasting Tour à Tel-Aviv: panoplie de délices méditerranéens!

Lors mon de voyage à Tel-Aviv en juin dernier, je suis allée faire une visite guidée offerte par Abraham Tours. Je séjournais alors à l’auberge de jeunesse Abraham. Celle-ci propose plusieurs activités, alors c’est un plus d’avoir des idées sous la main afin de partir à la découverte de la ville! Plus précisément, j’ai pris part au « Vegan Tasting Tour », où je suis allée visiter trois restaurants végétaliens: le Zakaim, le Citizen Garden, ainsi que le Meshek Barzilay. Retour sur une superbe expérience à la fois culinaire et culturelle, où nos papilles ont rencontré la ville!

Youpi! Notre guide, Julian Melcer, les trois autres participantes et moi, au Zakaim 🙂

On peut se poser la question, car c’est tout de même saisissant lorsqu’on débarque à Tel-Aviv: comment se fait-il qu’il y ait autant d’options végétaliennes dans les restaurants de cette ville? D’ailleurs, on entend de plus en plus dire qu’Israël devient la capitale végane du monde… Qu’en est-il réellement? Le 11 juin dernier (bonne fête à moi! 😉 ), je suis donc partie en « excursion urbaine », afin d’en avoir le coeur net!

J’ai rencontré le guide de la visite, Julian Melcer, ainsi que les trois autres participantes, à l’auberge Abraham. Melcer nous explique qu’il habite à Tel-Aviv, et qu’il est végétalien depuis cinq ans. En marchant dans Neve Tsedek, Melcer parle de ce quartier qui était plutôt pauvre, auparavant. Maintenant, il s’agit de l’un des endroits les plus dispendieux d’Israël. Suivant les pas rapides de notre guide, sous le soleil ardent de midi, nous nous rendons rapidement au premier restaurant: Zakaim, situé à quelques minutes de l’auberge.

This slideshow requires JavaScript.

Israël, parmi les pays les plus végétaliens au monde

Une fois arrivés au premier restaurant, Melcer nous explique que le pays le plus végétalien-friendly (ben quoi!) au monde est l’Angleterre, et qu’Israël suit en deuxième. En effet, 8 % des habitants ont adopté ce style de vie. Le grand blond bouclé et souriant nous explique plus précisément que cette forte proportion est due à trois choses: le judaïsme, le climat, et la petite taille du pays.

Premièrement, le judaïsme est bien évidemment la religion principale, donc la nourriture y est presque inévitablement cachère. Cela fait en sorte que beaucoup de gens du pays mangent végétalien presque par inadvertance; la séparation de la viande et des produits laitiers, et l’attente de six heures avant de manger l’un ou l’autre consécutivement, font en sorte que beaucoup de repas cachères sont végétaliens. Lorsqu’un aliment ou un repas aborde le logo cachère, il y a de très grandes chances qu’il soit végétalien (on exclut évidemment tout ce qui est animal, hein!). D’ailleurs, la viande cachère est très dispendieuse. Melcer abonde en ce sens: les troupeaux doivent par exemple être importés d’Autriche, afin d’être abattus au pays… 

STICKER-vegan-active_telaviv
Julian Melcer nous a expliqué la signification d’autocollants, apposés dans presque tous les restaurants, qui indiquent si ces derniers sont soit complètement végétaliens, ou s’ils offrent des options végétaliennes.

En outre, le climat d’Israël rend ce type d’alimentation très accessible. Les produits fermiers – fruits, légumes, noix et légumineuses – sont disponible en abondance, et ce, tout au long de l’année. Finalement, étant donné que c’est un petit pays, l’activisme peut être partagé facilement. D’autre part, la cuisine de rue est déjà végétalienne, à la base. Il est donc très facile de se débrouiller, avec de l’hummus, par exemple, qui est un mets en soi, en Israël. On retrouve aussi les pitas falafels, ou les sandwichs à l’aubergine frite.

Melcer a aussi parlé des différents mythes entourant le végétalisme, pour les non-initiés. Cela a rendu l’activité intéressante également pour les « carnivores », car on en apprend beaucoup sur le style de vie et la culture telavivienne en général. Il a également abordé le mythe que lorsqu’on est végétalien, on manque de protéines… Il a fait un parallèle en expliquant que l’animal qui a la masse musculaire la plus élevée est le gorille, et qu’il est végétalien! Et l’éléphant également. Aussi, un dernier mythe pour la route: il est faux de penser que le végétalisme est automatiquement santé et écoresponsable… On n’a qu’à penser au junk-food végétalien, par exemple, ainsi qu’aux produits qui contiennent de l’huile de palme.

Bref, voici un aperçu de ce que nous avons dégusté!

This slideshow requires JavaScript.

Premier arrêt: shakshuka végétalienne au Zakaim

Nous avons goûté à des mets typiquement israéliens, servis en trois temps. Moyennement santé, mais on s’est régalé! Fait un peu cocasse: à l’origine, cet établissement était un bar pour les femmes queer.

This slideshow requires JavaScript.

Deuxième arrêt: «power bowls» au Citizen Garden

Ensuite, nous nous sommes dirigés vers le Citizen Garden, où nous avons dégusté des assiettes colorées et rafraîchissantes. C’était particulier de goûter du radis et du céleri cuits! Le bulgour est également un aliment à découvrir; ce sous-produit du blé apporte un changement intéressant, au lieu du riz, par exemple. Et que dire de l’aubergine cuite et réellement fondante… Une délectation!

Troisième arrêt: desserts somptueux au Meshek Barzilay

À cet endroit aux assiettes raffinées, nous avons mangé des desserts plus que magnifiques: de la crème glacée au halva (pâte sucrée à base de sésame) et au café, un crumble (brownie et mousse au chocolat) et des gâteaux tiramisu… Même les fleurs étaient comestibles. Besoin d’autre chose, pour être heureuse? Non! 😀

Se délecter de spécialités israéliennes végétaliennes

Somme toute, cette quête de saveurs en milieu urbain a rassasié nos sens… Pour en savoir plus sur cette activité, c’est par ici! Et… j’espère que cet article vous a donné faim 😉

Crédits photos: Roxane Labonté
*Cet article a été créé en collaboration avec l’auberge de jeunesse Abraham de Tel-Aviv, ains que Abraham Tours, mais les opinions et les expériences reflétées ici sont bien les miennes!

Partagez cet article!

Leave a Reply