La première épreuve

Le mot «épreuve» a plusieurs définitions:
• Malheur ou situation qui éprouve le courage, la résistance.
• Examen, compétition.
• Essai pour éprouver la qualité, la valeur de quelque chose. 
• Texte imprimé d’un manuscrit avant publication.

On peut dire que certaines de ces définitions s’appliquent bien à ma situation (à part le malheur)!

La première épreuve d’un livre à l’imprimerie, c’est le résultat de beaucoup d’autres épreuves internes. Que de travail acharné! Dire que j’ai commencé à écrire ce livre en 2010, alors que j’étais étudiante en infographie. Je n’avais pas encore appris comment faire des livres, alors j’avais tout mis ça dans Word! 😳Damn. En 2014, j’ai eu l’idée de reprendre ce projet et d’inclure les dessins de mon copain de l’époque. Mais pour des raisons diverses (manque de temps, d’énergie…), le projet avait sombré dans l’oubli. 😫

J’imagine alors que cela a causé un certain stress en moi: celui des choses inachevées. Comme si c’était quelque chose de futile, un détail que j’ai rangé dans une petite boîte de mon âme pour l’oublier. Boîte que j’avais pris soin de ne jamais réellement rouvrir. Je croyais que la vie m’amenait simplement ailleurs, que je n’étais pas faite pour ça (sacrilège!), mais en fait, c’était moi qui me sabotais.

Peut-être que tout finit toujours par refaire surface, mais les choses mises de côté, ou pour lesquelles on procrastine pendant des années, causent un stress énorme. Je crois même que ça peut mener à des maladies mentales (allô, dépressions «cachées» et sentiments constants de vide et d’insatisfaction).

Alors, si vous avez un projet qui vous tient à coeur, ou que vous vous sentez attiré.e par quelque chose… Sautez. Foncez. FAITES-LE et arrêtez de penser à le faire, ou de dire que vous allez le faire. N’attendez pas après les autres.

N’ayez pas peur de vous consacrer à vos passions. Vivez selon vos envies et vos fantaisies, même si ce n’est que 30 minutes par jour. À la fin de l’année, ça fait déjà 182 heures. Si vous avez peur de faire le saut, de faire le premier pas, demandez-vous: mais qu’est-ce ce qui me freine tant que ça?! Parfois, on s’invente des excuses. Je parle en connaissance de cause. Une fois qu’on s’est jeté à l’eau, les choses deviennent simples (mais pas toujours faciles).

Le Caïus du livre, où j’ai fait imprimer mon livre. Regardez le nom de l’entrée, à gauche… Sympathique.

La première épreuve de Fragments épars semble presque faire partie des étapes charnières de ma vie. Tant de fois, j’ai remis ce projet de livre au lendemain en me disant que ce n’était pas si important. Mais là, c’est la fin de cette ère brisée. Le cycle est rompu.

Samedi prochain, lors du lancement, je vais accoucher de ce livre qui m’a transformée. J’ai enfin atteint ce but, ce rêve d’enfant enfoui en dessous de mes bibittes, mes résistances, mes peurs et mes manies. 🕷

Je commence déjà à penser au prochain livre. Lors de tout ce rapatriement de morceaux fracassés, j’ai retrouvé tant de choses! Je ne suis qu’une, désormais, le casse-tête s’est assemblé. Et je sais aussi, avec certitude, que je suis dans ma vocation et dans le bon chemin en écrivant des livres, des histoires, des textes qui vous feront réfléchir et vous feront grandir en même temps qu’ils m’ont fait évoluer.

Ensemble, bâtissons.

Croyons aux mots guérisseurs.

L’écriture me donne tout, alors je veux tout donner. ❤️🖤

Leave a Reply