La musique dans les veines…

J’émerge enfin, après quelques semaines de repos… Vous avez été nombreux à me demander comment s’est passé mon lancement! Ce fut assez intime, étant donné la date qui adonnait en plein dans les vacances et les déménagements… Mais bon, j’étais vraiment contente d’être entourée de mes proches afin de souligner cet épisode important de ma vie. En fait, en cours de route, j’ai failli annuler l’événement, et faire seulement un lancement virtuel… Mais on s’entend que ce n’est pareil. Bref, merci au Piranha, car je peux y exposer mes tableaux (qui sont en fait les illustrations tirées du livre).

Avec Joannie 🙂

Qu’arrive-t-il après la naissance d’un projet? 😮

Maintenant, étant donné que je suis entre deux projets littéraires, j’ai eu envie de refaire un peu de musique pour le fun 😮 J’ai donc recommencé à composer. D’une manière totalement différente… Mon amour pour l’électro a ressorti dans des divagations sonores, expérimentations et compositions instrumentales. J’ai surtout expérimenté avec un clavier midi et des beats dans GarageBand. Voici After giving birth, où j’explore les notions d’espace et de vide, ainsi que les retentissements d’un «baby blues créatif»… Ça résume bien la mélancolie propre au sentiment d’être entre deux vies.

J’ai également expérimenté avec ma voix, ce qui fut assez surprenant. Par exemple, j’ai commencé à chanter clean 😮 Je vous montre ça sur Astral projection, qui est en fait d’une pièce instrumentale du groupe américain Dub Trio, appelée Bad Comrade. Je l’ai «rebaptisée» après avoir mis des paroles et avoir chanté dessus.

C’est fou de reconnecter avec tout ça. Avec les rythmes. Comme un coeur qui bat à nouveau, né des cendres sur lesquelles reposaient mes anciennes créations. Le cercle se referme. Encore une fois, j’ai retrouvé quelque chose que je croyais avoir perdu. Comme quand on perd ses clés et que subitement on les retrouve dans ses poches… Mais c’est plus que ça. Musicalement parlant, c’est me relever suite au «suicide» de mon ancien band, et être en mesure de comprendre ce que je peux faire maintenant. Pouvoir enfin concrétiser plein d’idées qui étaient abstraites jusqu’ici.

Après le harakiri

Wow. Je ne sais pas pourquoi, mais les possibilités semblent (presque) infinies. 🌙 Mes rêves nocturnes me donnent énormément d’inspiration. Un peu à l’image d’Ashely O dans la série Black Mirror, il m’arrive de créer de la musique dans mon sommeil. Cela a continué même après que j’aie arrêté la musique en 2017, au point où cette année, j’ai réalisé qu’il était temps que je m’y remette. Mais rien ne sera plus comme avant par rapport à tout ça, je sais que je ne ferai plus de shows avec un groupe. Mon approche est différente maintenant: ce sera un projet studio, solo ou avec des collaborateurs, pour le fun. ☺️

J’ai d’ailleurs recommencé à composer avec mon acolyte de toujours, Joannie Gagnon (qui jouait du drum dans Aenygmist et SR). Pour l’instant, on a deux chansons. On ne les a pas encore jouées. Elles sont programmées dans Guitar Pro. On ne sait pas encore ce que ce nouveau projet va devenir. C’est très excitant de reprendre les choses un peu là où je les ai laissées, mais sous un angle totalement nouveau. On dirait que c’est l’histoire de ma vie. Bref, deux projets musicaux naissent dans tout ce vide post-lancement de livre, et je suis très contente ☺️ Je songe à nommer mon projet électro Enaxxor, et celui avec Joannie n’a pas encore de nom.

I’m looking at you…

Et qu’est-ce que je fous maintenant?!

Je profite de cet article pour vous faire part de mes prochaines activités. Je serai au Quai des brumes le 15 août 2019 à partir de 17 h, pour faire une lecture de textes et participer au pop-up show LUNES d’été (présenté par Side Projects et La Loba). Il y aura des performances musicales et de la poésie, des DJs et des exposant.e.s (bijoux, art, illustrations, livres, vêtements, etc.). C’est un rendez-vous pour ceux qui n’ont pas vu venir au lancement! L’événement Facebook est ici.

Entre-temps, j’ai aussi commencé à penser à mon prochain projet artistique. J’ai vraiment un penchant pour une histoire commencée depuis longtemps, qui s’appelle Groupie extrême. Ça parle d’une groupie qui kidnappe son chanteur préféré. 🤩 Le récit est largement inspiré de Misery de Stephen King (je ne m’en cache pas!), mais c’est fait avec une trame sonore rock/metal, c’est plutôt urbain et destiné aux jeunes adultes. Le personnage principal, le pauvre martyr Seth, est d’ailleurs inspiré de Jonathan Davis (Korn) et Chad Gray (Mudvayne). Il y a aussi beaucoup d’autres références à des musiciens, groupes ou événements marquants gravitant autour des musiques de l’extrême…

J’ai déjà des idées pour la mise en pages. Je voudrais par exemple inclure les technologies à même le récit, par exemple en insérant certains dialogues sous forme de textos, échange de courriels, posts sur des réseaux sociaux, ou autres façons modernes de communiquer. Étant fascinée depuis toujours par certains phénomènes plus grands que nature entourant les stars et l’industrie du divertissement, et surtout le rapport fans-célébrités, c’est donc naturel que ce soit une prochaine étape d’écriture dans ma vie. Ce thème, l’obsession musicale, voire le «fanatisme religieux», en est donc un que je veux exploiter dans un prochain livre. 🧠 Je suis d’ailleurs en train de faire une demande de subvention pour ce projet, au Conseil des arts et des lettres du Québec. Voici un brouillon (vite fait) d’une éventuelle page couverture! Que de plaisir macabre en vue 😎

Pas mal, non?

Une feuille blanche

Mon esprit est vierge. Vacant. Je me sens comme si la vie était réellement un canevas vide. Comme un grand espace blanc (ou noir?! haha), où je peux faire ce que je veux, encore et encore. C’est tellement étrange à décrire… C’est aussi un peu effrayant. Car ce vide est très, très vaste, comme je raconte dans un autre article. D’ailleurs, je dois aussi dire qu’il y a eu une grande période de «baby blues» créatif après le lancement de mon premier livre… Comme si toute la pression accumulée dans ma vie avant d’arriver à ce but majeur venait réellement de relâcher. Tous les détours que j’ai créés et rencontrés disparaissent dans la poussière en m’envoyant un clin d’oeil, reconnaissant que je suis désormais à la bonne place…

À ma place. Celle que je me suis faite.

Le changement est la seule chose constante ici-bas. Tout est éphémère… Alors, enjoy. ☺️🖤🦇

Leave a Reply