Diamond Beach (plage de diamants): l’envoûtement du cristal

diamond-beach-7
Cure de jouvence pour l’âme tourmentée  (Crédit photo: Roxane Labonté)

J’arrive à Diamond Beach, alias la plage de diamants, sur fond de grandes vagues menaçantes. Marchant sur le sable noir, j’entends quelque chose de spécial, auquel je suis sensible – il semblerait que le son infini du cristal résonne partout.

diamond-beach-10
On dirait une grande main suspendue! 😮 (Crédit photo: Roxane Labonté)

Des doigts géants tournoient sur les rebords d’un verre de cristal extrêmement précieux, créant une fréquence ancestrale et guérisseuse. Un son aigu et harmonieux, continu et circulaire… Mais à qui appartient donc cette main millénaire, pleine de bijoux, arborant une manucure de luxe? Ce son se propage à une vitesse fulgurante, plus vite que la pensée, et il n’a heureusement aucun mur sur lequel se répercuter. Sensation d’infini.

diamond-beach-1
«Reste ici, parmi nous!», m’implorent les cristaux… (Crédit photo: Roxane Labonté)

Un peu d’histoire

Mais qu’est-ce qui a créé Diamond Beach? Après un long voyage de plusieurs centaines d’années, d’immenses blocs de glace se détachent de Breiðamerkurjökull, une langue glaciaire du Vatnajökull (qui est, en passant, le plus gros glacier d’Europe). La fonte de ces glaces donne naissance à deux lacs: le Breiðárlón et le Jökulsárlón.

This slideshow requires JavaScript.

Le Jökulsárlón étant relié à l’Atlantique, les icebergs finissent par aller rejoindre ce dernier. Les vagues les emportent, et ils sont ensuite «recrachés» sur la plage. Ces sculptures éphémères, datant de plus de 1000 ans, scintillent sous la lumière fugitive du jour d’hiver. Habillés d’une pureté incomparable, ces joyaux profitent de leurs derniers moments avant d’être emportés pour de bon, et de fondre dans l’océan Atlantique. Dire que ces merveilles de la nature vont bientôt mourir… Coeurs volages, absorbons ces oeuvres avec des yeux qui savent apprécier.

diamond-beach-2
Plusieurs layers dans le fichier Photoshop… Haha (Crédit photo: Roxane Labonté)

Pour bien comprendre la photo ci-dessus… À partir du haut: ciel, montagnes (glaciers recouverts de neige), neige, plage, lac avec rocher, plage, neige 👀 

Chanson finement saturée

Jökulsárlón chante. C’est une véritable incantation, où, envoûtée, je ne peux que tomber dans un état de contemplation, les yeux subjugués par cette palette de couleurs phosphorescentes. Ces teintes si électriques me font imaginer que le pays au complet aurait été photoshoppé par un graphiste exceptionnellement compétent, qui saurait jouer de façon habile avec la saturation des couleurs. Je ne sais pas comment il fait ça, mais ce professionnel énigmatique crée d’immenses contrastes, et réussit à garder l’ensemble dans un équilibre fin et recherché.

This slideshow requires JavaScript.

C’est magique. La chanson de verre de Jökulsárlón et de Diamond Beach me cloue sur place. Maintenant, c’est comme si on avait pluggé une nouvelle batterie dans ma tête, ou illuminé un phare qui était en dormance depuis longtemps. Ou comme si un mineur particulièrement vaillant avait ramené à ma surface mille diamants enfouis… Le voyage fait briller le meilleur de moi.

diamond-beach-9
Toucher à de la glace millénaire: check. 😆 (Crédit photo: Roxane Labonté)

Comment se rendre à la plage de diamants?

Côté pratique, Diamond Beach est située dans un lieu assez reculé, à 372 kilomètres de Reykjavik. Elle est en face de la lagune glaciaire Jökulsárlón. Les deux sites étant situés le long de la fameuse Route 1 (Ring Road), on peut faire le trajet d’environ cinq heures en voiture ou en autobus. J’ai choisi cette dernière option: une visite guidée d’une (très longue!) journée, qui comprenait d’autres arrêts comme la chute Seljalandsfoss et les colonnes de basalte Dverghamrar, où on a chuchoté des souhaits dans les pierres (oui, oui 👀).

diamond-beach-8
J’ai peut-être l’air «de glace», mais je ne le suis vraiment pas! Haha… (Crédit photo: Roxane Labonté)

Ást, tu me fais briller de l’intérieur

Les heures s’allongent, le temps est relatif. Être ici, ça équivaut au mot «ást»: amour. Tout est propice à la découverte. Impossible de se sentir seul. La nature est avec nous en tout temps. Oh, Islande… Je comprends maintenant pourquoi je rêvais encore tant de toi. Entre tes vertes landes et tes sommets, tes déserts et tes volcans, tu es venue me chercher au plus creux de l’hiver. En venant ici, j’ai trouvé des choses précieuses. Je comprends mieux d’où je viens, le pays me semblant comme un très grand village où tout est simple. 😍

This slideshow requires JavaScript.

Ce sentiment m’encourage fortement à poursuivre ma «mission» d’écriture. Je veux vous aider à affronter vos peurs et à devenir vous-mêmes. J’espère un tant soit peu vous inspirer, âmes rêveuses et sensibles à la découverte… Vous aider à croire en vous-mêmes serait le plus beau de mes cadeaux. Je dis sans cesse que si je peux réaliser mes rêves, tout le monde en a également la possibilité. C’est un choix qu’on fait, après tout. Il faut suivre son intuition et cesser de considérer les rêves comme des choses inatteignables. Quand on les transforme en projets concrets, et qu’on travaille avec notre bonne étoile, la magie se déploie et l’univers nous aide à aller vers ceux-ci.

On a toujours le choix.

jokulsarlon-2
En route vers la lagune glaciaire maintenant… (Crédit photo: Roxane Labonté)
diamond-beach-jokulsarlon
Vue paisible sur le lac presque vide (Crédit photo: Roxane Labonté)

Leave a Reply