Retraite de yoga Sivananda (partie 2)

Au deuxième jour de cette retraite, la pluie tombait toujours à grosses gouttes, presque horizontalement. Prélude à un orage, pour les esprits en quête de lumière (ouf, ça me fait sonner vraiment religieuse ça!)…

Après un cours de yoga d’environ deux heures, on a assisté à atelier donné par un Swami. Le thème était le nettoyage du printemps. Lorsqu’on doit faire du ménage (physiquement comme dans la vie), on doit faire des choix… C’est difficile et l’attachement peut réellement nous bloquer.

Besoin vs désir/attachement

Le «guru» en vêtements orange nous a ammené à nous questionner sur ce qu’est un besoin, et a posé les questions suivantes plusieurs fois : «Quels sont vos besoins? Est-ce des désirs, plutôt? Qu’est-ce que vous voulez vraiment dans la vie? …» Il nous a ensuite invité à faire une liste séparée en deux, pour tenter de voir nos réels besoins, vs notre superficialité.

De plus, il mentionnait que le plaisir est addictif – plus on en a, plus on en veut… La plupart du temps temporaire et fugitif, il est une distraction ou une dépendance envers vers le monde extérieur…

Il a ensuite expliqué que les besoins vitaux (dormir, manger, bouger) sont suivis des besoins astraux (intellect, coeur, énergie), puis des besoins causaux.

Le moine dynamique nous a questionné ensuite sur les choses essentielles à la vie (air, eau, soleil, nourriture) et nous a demandé dans quel ordre les mettre, par rapport à notre degré de survie sans elles

L’air vient en premier ; c’est pourquoi la respiration est tellement pratiquée en méditation. Le prāṇa est énergie vitale universelle ; le prana yama, la discipline de la respiration. Avec entre autres la respiration consciente, la respiration des narines alternée, ou la concentration sur les endroits par «où» respirer et «où» envoyer son souffle…Les techniques affluent pour maîtriser cette créature inconnue qui sommeille en chacun de nous. Il s’agit du besoin le plus viscéral, un simple fonctionnement de notre système auquel on peut être inconscient/indifférent… mais qui nous tue dès qu’on en manque. Fascinant!

Comprendre les différents niveaux d’énergie

L’ascète a aussi expliqué comment l’énergie fonctionne selon la philosophie indienne orthodoxe (Sâmkhya). Elle est divisée en trois aspects:

SATTVA : harmonie
RAJAS : mouvement
TAMAS : stagnation

Voici un exemple : un puits dont l’eau est rendu stagnante, à cause d’un amas de feuilles mortes au fond. Il faut «shaker» le tout, pour ramenner à la surface nos accumulations et nos blocages. Le Rajas est alors en marche.

L’énergie, est obtenue grâce aux choses vivantes, que ce soit dans la nature ou à l’intérieur de nous. À travers la contemplation, on gagne de l’énergie. Le prana (énergie) circule à travers les nadis (un peu comme les méridiens utilisés en acupuncture, ou, par extension, le sang qui circule dans les veines).

Plus de temps pour vivre!

Après l’atelier, il y avait un autre cours de yoga de deux heures. Tous les exercices de méditation/relaxation m’ont ammené à des endroits que je ne soupçonnais guère dans mon esprit… Endroits de visualisation nourrissants, auxquels je peux toujours retourner en cas de besoin. Endroits où l’énergie et la force sont créés de par eux-mêmes.

Méditer est vraiment bénéfique ; j’ai remarqué que mes nuits sont de moins en moins longues. Je réussis à vraiment bien dormir avec seulement 6 ou 7 heures de sommeil maintenant – ce qui était impensable auparavant! J’avais besoin d’un minimum de 9 heures. Alors, si vous avez besoin d’énergie, apprenez à méditer!…

…La suite dans un prochain article! 

Partagez cet article!

Leave a Reply