Retraite de yoga Sivananda (partie 3)

IMG_20170507_133037499

Nettoyage «hardcore»

Le dimanche, après le yoga matinal et le brunch, on a poursuivi avec une explication de nettoyage physique, donnée par le Swami. Premièrement, un essai de respiration avec contraction de l’abdomen, pour aider la digestion. Ensuite, on est allés à l’extérieur pour des rituels plus «hardcore»… En commençant par un Neti Pot, utilisé de deux façons différentes (d’une narine à l’autre et du nez jusqu’à la bouche). Ensuite, une personne du staff s’est passé un nouveau type de «soie dentaire» : une corde en plastique, qu’il a fait entrer par son nez et sorti par sa bouche… Ouf! Pas très ragoûtant.

Par après, le staff nous a encouragés à prendre part au clou de la démonstration : boire des verres d’eau chaude salée, jusqu’à provoquer des vomissements. La purification physique assure la purification intérieure, semble-t-il… Ils l’ont fait en premier, et ensuite plusieurs participants les ont suivi. Je n’ai pas voulu le faire, considérant cela comme une expérience trop traumatisante pour le corps… Très étrange, que de voir tant d’inconnus vomir ainsi – pas de dégoût, mais plutôt plus un choc de constater ce que les apprentis yogis étaient prêts à faire. De plus, quelqu’un de l’Ashram prenait des photos, rendant le tout encore plus bizarre! Vont-ils regarder ces souvenirs en disant «Ah! La fois où on a dit à tout le monde de régurgiter!» ?…

IMG_20170507_133948624_HDR
Presque «black metal»!

Une communauté bénévole

Ensuite, un autre cours de yoga de deux heures a eu lieu, suivi du souper. La nourriture était simple et saine et il y avait deux repas par jour. Elle était végétarienne (et j’ai pu m’adapter vraiment facilement, étant végétalienne). Des dahls de lentilles, des salades, du riz aux légumineuses, des légumes vapeur… De base, mais très bien apprêté! Je crois qu’il s’agit de cuisine ayurvédique. À noter qu’il n’y avait aucun type d’«excitants» : pas de café, thé, sel, sucre, ail, oignon, etc.

D’ailleurs, il faut souligner qu’au Centre Sivananda,  il n’y a pas d’employés – tout le staff est complètement bénévole. Alors, on devait faire du «karma yoga». c’est à dire contribuer à différentes tâches quotidiennes pour maintenir l’Ashram en bonne santé. Le vendredi, on a transporté des briques, et le samedi, je suis devenue concierge dans le hall d’entrée. Le prix pour la fin de semaine entière n’est vraiment pas élevé, ce qui explique le besoin de main-d’oeuvre. Ces tâches ont créé de l’entraide entre les participants et des liens qui n’auraient peut-être pas été créés autrement… Ce fut dans la bonne humeur que tous se sont acquittés de leur besognes, le staff les remerciant chaleureusement de leur participation.

IMG_20170507_121302386_HDR
Qu’est-ce qui nous appartient réellement?

Une vie minimaliste pour un meilleur avenir

Durant l’atelier du jour précédent, le Swami a parlé du concept de partage. Il affirmait que rien n’appartient réellement à personne, et que la propriété n’est qu’une illusion qu’on prend pour acquise. Que tout peut être donné/reçu, sans besoin d’un marché. Ça peut sonner comme de la psycho-pop «mumbo-jumbo», mais quand on y pense, on réalise que les choses finissent tôt ou tard par nous posséder, plutôt que l’inverse. Le culte du matériel, l’obssesion des gadgets, les faux besoins… L’artificiel prestige d’une voiture de «luxe» stationnée à côté d’une (fausse) pelouse, plus verte que le voisin, une maison de rêve américain, dans une vallée de maison identiques et pré-fabriquées…

Je me retiens de vomir.

Oui, vraiment, le minimalisme est la clé de la survie de l’espèce.

IMG_20170507_133738206
Belles jonquilles ayant la mine basse…
Partagez cet article!

Leave a Reply